• Rencontre avec Monsieur Walker

    Rencontre avec Monsieur Walker

    221 $$$

     

    Salut les dollz !


         Voici une nouvelle quête autour de la Rencontre avec Monsieur Walker !
         Vous me direz, notre doll tombe toujours amoureuse comme cela d'un coup d'un seul et hop, aucun homme ne lui résiste. Sans doute...

         Mais pour la première fois, voici une quête qui traite du début à la fin de l'amour naissant entre nos 2 personnages. Cela débute par un service rendu à un ami qui va plonger notre doll dans la plus grande histoire d'amour de sa vie !
         Et comme il n'y a pas d'histoire d'amour sans finir par un mariage, si vous finissez la quête, vous remportez la pièce "Mariage" !

         Retrouvez la pièce "Mariage" dans le thème "Royal" !
         Si cette pièce est déjà en votre possession, vous obtiendrez une extension exclusive à cette pièce !
         Au fur et à mesure que vous progressez dans l'histoire, le passage des étapes nécessite de plus en plus de prérequis, mais en contrepartie, les cadeaux sont de plus en plus beaux !
         Vous serez amenée à répondre à des questions énigmes en lien avec l'histoire pour gagner des cadeaux bonus !
         Votre cœur va faire "boum" sur OhMyDollz !

    http://blog.feerik.com/wp-content/uploads/2013/03/etape6_1_walker1.pnghttp://blog.feerik.com/wp-content/uploads/2013/03/etape8_mariage.png

         Rencontre avec un mystérieux mécène.

         Aaron, mon meilleur ami et mon collègue artiste, travaille dans un magazine d’informations pour gagner sa croûte. Il a décroché une interview avec le grand mécène de notre atelier d’art.
    Le problème c’est que ce matin, Aaron est cloué au lit et de sa petite voix, style “tu ne peux pas me refuser ça”, m’implore de faire l’interview à sa place...

         Me voilà donc à accepter de mener une interview alors que je n’ai absolument aucun don de journalisme et que je ne connais pas ce monsieur (honte à moi) ! Qu’est ce que je vais bien pouvoir lui raconter ?...

         Alors que j’arrive devant l’adresse indiquée par Aaron, en tenant maladroitement les notes de mon ami, j’ai le souffle coupé. Ah... Mais c’est qu’il est riche notre bon mécène ! Le building tout en verre est immense. Sur la devanture une enseigne géante : “Walker Entreprises”. Je m’attendais à quoi ?

         Je m’avance timidement pour arriver jusqu’au bureau de la secrétaire, une rousse coiffée comme dans les pubs, maquillée parfaitement et habillée super classe.
    Avec un magnifique sourire, elle me lance : “Bonjour Mademoiselle, que puis-je pour vous ?”

    “J’ai rendez-vous avec Mr Bradley Walker pour une interview.” lui dis-je.

         La rousse bombasse me regarde impassible.

    “L’interview de Aaron Allen, je le remplace, il est malade.” je reprends, confuse.
    La rousse bombasse fronce les sourcils et regarde sur son ordinateur puis me décoche à nouveau son sourire de pub :

    “Bien entendu, suivez moi”.

         Nous prenons un ascenseur jusqu’au 21ème étage. Nous entrons dans une grande salle moquetée. Je me sens toute petite.

         Elle me laisse une seconde en parlant à une autre secrétaire super bombasse aussi (décidément...). Sa copine me regarde et m’invite à m'asseoir.

         Pendant quelques minutes, je stresse comme une folle, mes mains crispent sur ma sacoche. Bon dieu, je ne sais rien de cet homme ! Je vais avoir l’air de quoi ! Aaron je te hais !

         Ce doit être sans doute un type dans la cinquantaine pour avoir un empire pareil et financer le travail d’un petit groupe d’artistes.

         Bombasse numéro deux se lève et m’invite à m’approcher de la porte du big boss.
          Quand la porte s’ouvre, mon coeur fait un bond comme si je tombais en chute libre.
          Oh. Mon. Dieu... 

         Devant moi se tient un jeune homme d’une beauté affolante. Lorsqu’il me serre la main avec un sourire à faire tomber toutes les filles d’OhMyDollz, leurs mères et même leurs grands mères, j’ai l’impression de recevoir une décharge électrique dans tout le corps et je deviens de la couleur de mes escarpins, c’est à dire, rouge.

    Objectifs : posséder l'un des objets suivants :

    Question : Quel acteur fait chavirer le coeur de millions de femmes dans le film "Thelma et Louise" ?

    => Matt Bomer

    => Bradley Cooper

    => Brad Pitt

    Cadeaux :

                       (cadeau bonus : )

     

         Le shooting photo !

         Quand je rentre dans le bureau de Monsieur Walker, je suis tellement déboussolée que je manque tomber. Il me soutient doucement en passant son bras sous mes épaules et me sourit. Encore cette décharge électrique. Bombasse numéro deux nous regarde, l’air incrédule, puis elle tourne les talons et ferme la porte.

         Lorsque je m’assois sur le siège en cuir blanc qu’il m’avance, je déplie nerveusement les notes en pagaille d’Aaron. Mr Walker s’est assis en face de moi et me regarde d’un air impassible. Je ne sais pas s’il est amusé ou intrigué. Ses yeux sont d’un bleu profond, ses cheveux ébouriffés sont couleur caramel avec quelques reflets dorés. Il porte un costard type PDG, ses grandes mains tapotent sur son bureau comme si il jouait une sonate...
    Concentre-toi zocha ! Mince !

    “Monsieur Walker, je viens de la part d’Aaron... Il est... Il est malade, voilà … Je … J’ai quelques... Euh... Quelques questions à vous poser.” lui dis-je d’une voix à peine audible.
    Monsieur Walker me regarde en dépliant ses bras et en s’appuyant d’un air désinvolte à son siège.

    “C’est le principe d’une interview”, me répond-il en levant un sourcil.
    Mince, je suis sûre qu’il me prend pour une cruche...

         Je me fixe un instant sur ses lèvres absolument magnifiques et je me reconcentre.
    L’interview se déroule un peu bizarrement, j’ai l’impression que c’est moi qui répond à des questions. Je suis complètement déstabilisée. Pas étonnant que ce type soit multi-milliardaire à 25 ans, il sait prendre le contrôle...

    “Aaron serait ravi si vous étiez d’accord pour réaliser un shooting photo pour la couverture de son magazine,” lui dis-je, soulagée que l’interview touche à sa fin.

    “Bien sûr, zocha, je serais ravie de vous y retrouver”, me lance t-il avec un sourire.
    Je dois sans doute être encore une fois proche de la couleur de mes escarpins. 
    Mince, mais que veut-il dire ?

         Lorsque je sors enfin du bureau, j’ai l’impression de retrouver mon souffle à l’extérieur du batiment. C’est comme si j’avais couru un marathon ! Qu’est-ce qui m’arrive ? Aaron va m’entendre, il aurait pu me prévenir que notre mécène était … est un homme absolument superbe et... jeune !

         Le jour du shooting, je me suis pomponnée. Je porte ma robe préférée que je ressors à chaque début de printemps.

         Lorsque Mr Walker entre, voilà que ça me reprend, les jambes en coton, le cœur qui s’emballe, des papillons dans le ventre et je rougis... Aaron me regarde bizarrement et me souffle : “On dirait qu’il te fait de l’effet le Walker...”

         Je rougis de plus belle. Quel fourbe ce Aaron. Mais il n’a pas tort...
    Monsieur Big boss prête une attention distante à tous les gens qui s’agitent pour l’accueillir. Sauf que lorsque son regard se pose sur moi, le bleu de ses yeux est si intense que je pourrais brûler sur place et tout le reste de l’univers avec.“Bonjour Mademoiselle zocha”, me dit-il d’une voix douce.

    “Monsieur Walker, Aaron est vraiment ravi - et moi donc - que vous ayez accepté. Merci encore”, lui dis-je rapidement comme si j’étais essoufflée.

    “C’est vous que je remercie zocha, je suis certain de passer un bon moment en si charmante compagnie”, me répond-il, l’oeil brillant en penchant la tête.

         Mais à quoi joue-t-il ? Je chasse rapidement l’idée absurde qu’un homme comme lui drague une fille comme moi...

         Aaron installe tout avec le photographe (un pote à nous) et le shooting commence.
    Monsieur Walker est beau aussi sur les photos...

         Avant de partir, l’irrésistible Mr Big Boss plante ses yeux droit dans les miens et me lance :

    “Cette robe vous va à ravir. À bientôt”. 

         À bientôt ?

         Puis il se retourne avec un clin d’oeil. Et sort de la pièce avec cette allure absolument sexy.

         Mince, quelle arrogance !

         Je crois que je rougis.

         Aaron me prend dans ses bras pour me remercier à nouveau et, pour nous défouler, nous nous amusons à finir la pellicule en faisant des photos ridicules !

    Objectifs : posséder l'un des objets suivants :

    +     posséder l'un des objets suivants :

    Question : Que signifie l'expression "Avoir des papillons dans le ventre ?"

    => Avoir mal au ventre

    => Etre amoureuse

    => Avoir le ventre qui châtouille

    Cadeaux :

                  (cadeau bonus : )

     

          Le vernissage

        Aaron n’arrête pas de me charrier depuis le shooting photo. 

    “Allez, ça se voit qu’il craque pour toi ! Rien d’étonnant, tu es une bombe !” me répète-t-il en dansant la salsa avec une partenaire invisible tout en chantant "Bombaaaaaa". Aaron a toujours été un peu dingue. Je crois que c’est pour ça que je l’adore. Pourtant, secrètement, je rêve qu’il ait raison...

         Depuis plus d’un mois, je prépare mon exposition sur le thème du printemps. Et devinez par qui est financé le vernissage ? 

         Je n’ai pas arrêté de penser à lui, je dois dire que ça m’a inspiré pour mes dernières œuvres.

         Le jour du vernissage, mes amis sont venus m’aider à installer les tableaux et le traiteur s’affaire autour du buffet.

         Sur mes toiles, je représente le plus souvent des êtres fantastiques. Cette fois j’ai eu envie de les mêler au thème du printemps. J’adore jouer avec les couleurs et faire briller ma toile. J’ai envie de donner du bonheur aux gens, ce monde est si sombre. 
    Angoissée, j’espère que cela plaira au public.

         Je ne suis pas la meilleure pour vendre mon travail. Cependant je n’ai pas encore la prétention de me payer un agent... 

         Après quelques verres de champagne, je commence à me sentir à l’aise et les conversations se font plus faciles. Alors que je discute avec un éditeur jeunesse, je manque de faire tomber ma flûte.

         Non loin de moi, monsieur Walker se trouve sur le seuil. La fille à l’accueil, toute empourprée (l’effet M. le PDG le plus sexy de la terre) le débarrasse de son manteau avec un grand sourire. Mais elle glousse, ma parole ! Cela me rassure de voir que je ne suis pas la seule à qui il fait cet effet.

         D’un coup j’ai très chaud, ma flûte m’encombre et j’ai la gorge sèche.

         Je reste les yeux fixés sur mon cher éditeur en inspirant bruyamment. Histoire de reprendre un peu d’assurance.

         Mais mon sursis est de courte durée. À côté de moi, une voix chaude et douce m’interpelle :

    “Toujours aussi pétillante, mademoiselle zocha, comme vos œuvres, à ce que je vois». Et mince...

         En concentrant toutes mes forces j’essaye de garder le contrôle avant de détourner le regard vers... lui.

         Il est plus beau que jamais dans son costume gris, avec une belle chemise bleu électrique. Lorsqu’il me prend ma main, pour y poser un délicat baiser, j’ai l’impression de prendre une décharge en plein cœur et je manque m’évanouir.

         Mince reprends-toi zocha !

         Son bouton de manchette en platine gravé de ses initiales brille et son reflet illumine ses yeux d’un bleu intense.

         Je réussis enfin à lui demander : “Monsieur Walker... Mais... Que... Que faites-vous là ?”

    “Oh, je passais dans le coin. Belle exposition, mademoiselle zocha”, me répond-il l’air désinvolte.
         Passer dans le coin ? Quel multi milliardaire passe dans le coin de la banlieue d’Ohmydollz City ?

         Couvez-vous quelque chose, vous êtes brûlante”, me lance-t-il en fronçant les sourcils puis en se ravisant d’un sourire en coin.

         Aïe. Me voilà démasquée.

         Je rougis plus que jamais.

    Objectifs :  posséder l'un des objets suivants :

    +     posséder l'un des objets suivants :

    +     posséder l'un des objets suivants :

    +     posséder l'un des objets suivants :

    Question :  Qu'est ce qu'un vernissage ?

    => Un lieu où tou tle monde passe du vernis

    => Une cérémonie d'inauguration d'une exposition d'art

    => Du vernis sage

    Cadeaux :             

           

    (cadeau bonus : )

     

          Fin de soirée

         Mon cœur bat la chamade. Comment est-ce possible ? Je n’avais jamais ressenti d’émotions aussi fortes pour aucun homme. Est-ce que c’est ça, le coup de foudre ? Je comprends mieux pourquoi on en fait tout un plat, c’est à la fois bouleversant et délicieux.
    Bradley me prend par la main...

         Seigneur !

         et me promène dans l’expo me posant tout un tas de questions.

         Je n’arrive pas à me l’expliquer mais j’ai le sentiment d’être unique, d’être la seule fille au monde, de flotter au dessus du sol. 

         L’homme le plus beau de la planète, qui fait rougir toutes les femmes de l’expo, est là, avec moi et n’a d’intérêt que pour mon travail et peut-être... pour moi ?

         Je commence à croire Aaron, même si ça paraît incroyable. Toutes les réflexions de Bradley ne peuvent pas être innocentes, surtout qu’il est plutôt du style indifférent avec les autres personnes.

         Le temps de faire le tour, le vernissage se termine.

         Mince je n’ai pas vu le temps passer.

    “Mademoiselle zocha, j’aimerais vous inviter à prendre un verre à mon appartement”, me propose-t-il avec un sourire craquant.

         Aucun homme ne m’a jamais proposé de boire un verre chez lui, je suis tout à coup confuse.

    “Mais prenez le temps d’y réfléchir, je vais rester encore un peu pour admirer votre travail”, dit-il en détournant son regard sur une de mes toiles représentant un cygne blanc glissant sur un lac étoilé.

         Paniquée, je sais ce qu’il me faut ! Un conseil d’Aaron. Pendant que Bradley scrute toujours ma peinture en se frottant le menton, je me précipite vers Aaron et lui raconte.

    “Fonce, ma belle. Je m’occupe de boucler la salle. Mais envoie-moi un message quand tu rentres. Et au moindre problème, tu m'appelles”, me dit-il en secouant son index comme un prof le ferait pour donner une leçon.

    “Oui,mÔnsieur” lui dis-je en le serrant dans mes bras.

         Je dis au revoir à plusieurs personnes, puis c’est au tour de Bradley.

    “Alors mademoiselle zocha, seriez-vous tenter de partager un peu de votre temps avec moi ?”, me demande-t-il l’air joueur.

    “Euh... Oui... Enfin. D’accord”.

         Aaron me fait un clin d’oeil lorsque je quitte la salle.
    Bon sang, Aaron !

         Nous montons dans une limousine. Waouh c’est une première ! Je lâche sans le vouloir :

    “Une limousine, juste pour faire un tour, hein ?”

         Mince, pourquoi je ne sais pas la boucler ! 

    “Certaines choses valent la peine qu’on y mette les moyens mademoiselle zocha...” me souffle-t-il.

         Je m’empourpre. Quel culot il a !

         Ne sachant où regarder, je regarde défiler la ville qui s’anime. Le chauffeur conduit, impassible. Une magnifique musique résonne.

         Je demande : “Qu’est ce donc que cette musique ?”

         Bradley incline sa tête sur son épaule et me répond avec un léger sourire : “Lakmé, Acte 1, Flower Duet. Les artistes telles que vous ne connaissent pas ces choses-là, mademoiselle zocha ?”

          Mon Dieu, je ne me lasse pas de regarder cet homme, et son insolence est si... sexy.

    “ Prinston, arrêtez-vous ici” lance Bradley au chauffeur. La voiture s’arrête. On m’ouvre la portière. Bradley me prend la main jusqu’à l’ascenseur. Je rougis. Le temps me paraît une éternité dans cette cage d’acier, je ne sais où poser mon regard lorsque les étages défilent. Comme dirait l’autre, je suis en apesanteur...

         Les portes de l’ascenseur s’ouvrent sur un grand salon. La décoration est moderne, épurée et hyper classe. Une baie vitrée panoramique donne sur la ville. Les lumières éclairent le mobilier. Un feu de cheminée crépite et donne une couleur chaude et accueillante à la pièce.

    Objectifs : posséder l'un des objets suivants :

    +    posséder l'un des objets suivants :

    +    posséder l'un des objets suivants :

    Question :  Chassez l'intrus :

    => Maserati

    => Peugeot

    => Aston Martin

    Cadeaux :                    (cadeau bonus : )

    http://blog.feerik.com/wp-content/uploads/2013/03/etape3_walker.png

         

      

     

        Le grand amour

        Je suis assise sur le canapé de Bradley, très confortablement. Une musique douce me berce. Je regarde les flammes danser. Je souris en pensant à quel point je me sens bien ici, avec lui.“Je vous fais rire mademoiselle zocha ?” me demande-t-il, amusé.

    “Non... Non. Je suis juste... Je suis bien... ici. Avec vous. Et… C'est nouveau, pour moi” dis-je d’une voix timide.

         Ses yeux bleus brillent, il a posé sa veste et il est si près de moi que je sens son odeur enivrante, l’odeur de Bradley Walker...

         Je crois que le temps s’arrête, ou alors c’est mon coeur qui s’arrête de battre, lorsqu’il glisse délicatement ses mains autour de ma nuque et m’embrasse doucement puis passionnément lorsque je lui rend son baiser.

         Il s'arrête un instant et son regard se fait brûlant : "Je crois que pour moi aussi, c'est nouveau zocha…”

         Ben mince alors !

         Dans la nuit je me réveille en sursaut. Bradley n’est plus là. J’entends une musique. 
    Doucement, sans faire de bruit, dans la nuit, je m’avance vers la lumière et la musique.
    Bradley est au piano. Ses doigts caressent les touches avec une dextérité parfaite. La mélodie est si triste ! J’ai l’impression qu’il y a une part d’ombre chez mon beau prince, mais je n’ose pas m’approcher et risquer de l’interrompre. J’écoute simplement le son de son âme qui souffre et ça me brise le coeur.Chaque jour, je retrouve Bradley après le travail. J'ai trouvé un job comme rédactrice dans un magazine de mode, l'art ne suffit pas ! Je ne me suis jamais sentie aussi bien. Autant vivre. 

         Un soir, Lili, la réceptionniste du bureau, arrive dans mon bureau, rougissante et excitée comme une puce :

    "Il y a un gars absolument craquant qui te demande en bas ! Dis-moi si tu connais d'autres canons du genre, hein !" me dit-elle, essoufflée.

         Je sais tout de suite de qui elle parle. C'est de mon Bradley !

         Je range mes affaires à toute allure, je dis au revoir rapidement à mon boss et à mes collègues, et descends à toute allure pour rejoindre mon amoureux.

         Comme d'habitude, il rayonne. Je lui saute au cou.

         "Pourquoi cette démonstration d'affection, mademoiselle zocha ? “ me chuchote-t-il le nez dans mes cheveux.

    " Je suis contente de te voir, tu m'as manqué !" je lui réponds.

         Il me prend la main et pose un doux baiser sur mon front.

    "Viens" me souffle-t-il.

         Je le suis, je lance un “Bonjour” enjoué à Prinston qui me répond avec un sourire poli. Nous montons dans la limousine. Je ne sais pas ce qu'il prépare, il a son regard de petit garçon espiègle qui me fait fondre.

    "Prête à t'envoyer en l'air ?" me demande-t-il soudain.

    "Bradley !" Je regarde nerveusement le chauffeur qui pouffe. Je crois que ma voix a monté de quelques octaves.

    "Mon jet privé nous attend. Je t'emmènes en weekend à ma résidence d'Aspen !" me dit-il, tout fier de sa surprise.

    "Aspen ? Tu as une maison à Aspen aussi ? En plus d’avoir un jet privé ?" 

         Mon dieu mais que possède-t-il encore ?

         Comme s’il lisait dans mes pensées, il me dit l'air désinvolte :

    "zocha je gagne cent mille ohmydollarz par heure. Je peux me payer quelques maisons secondaires."

         Non mais, celui-là ! Qu’est-ce qu’il peut être hautain parfois !

         Forcément, je n’ai jamais pris de jet privé. Quand je vais raconter ça à Aaron, il va être fou... Je suis excitée comme une puce, on dirait une gamine de cinq ans. 

    “Merci bébé”, me dit soudain Bradley. “D’être toi” poursuit-il. 

         Je fonds.

         Nous arrivons à la villa de Bradley. Un magnifique chalet avec une vue imprenable sur les montagnes et le lac. Au crépuscule, le spectacle est grandiose !

    Objectifs : posséder l'un des objets suivants :

    +    posséder l'un des objets suivants :

    +    posséder l'un des objets suivants :

    Question : Où se trouve Aspen ?

    => A l'Ouest de San Francisco

    => Au nord est d'Atlanta

    => Au sud de Denver

    Cadeaux :                    (cadeau bonus :    )

    http://blog.feerik.com/wp-content/uploads/2013/03/etape5_walker.png

                           

         La dispute

         Quelque chose me manque. Je voudrais plus. Plus que de le voir de temps en temps chez lui. 

         Plus que les palaces, les cadeaux,... Je voudrais faire partie de lui, découvrir son monde, ses secrets, rencontrer sa famille. Je me rends compte que je ne connais rien de lui.

         Et si je n’étais qu’une chose de plus qu’il possède ? Car oui, il me possède.
    Je suis interrompu dans ma réflexion quand on sonne à ma porte. Un livreur me tend un grand paquet.

         Pressée, je déballe et découvre à l’intérieur un message : “Ma Demoiselle. Sois prête à 20h devant chez toi. W.” Son insistance sur le “Ma” de Mademoiselle me fait sourire.

         Dessous un masque magnifique, noir, serti de diamants.
    Mince...

         Je me remémore alors sa phrase dans la limousine la première fois que je l’ai suivi : 

    “Certaines choses valent la peine d’y mettre les moyens, mademoiselle zocha...”
    Mon coeur se serre.

         Et puis je découvre la robe de mes rêves. 

         Celle que toutes les femmes rêvent de porter un jour au bras de leur homme ! Waouw, il doit s’agir d’un bal masqué.

          Je sors. Bradley m’attend devant la limousine. Le regard brillant. Me prenant dans ses bras, l’endroit le plus doux du monde, il me souffle :

    “Vous êtes magnifique mademoiselle zocha, comme toujours”.

    “Vous n’êtes pas mal non plus monsieur”, lui dis-je, en levant mes yeux doucement sur lui.
    La soirée se déroule dans un château à la décoration victorienne : il y a de grands lustres, des gens qui parlent d’affaires aux montants exorbitants, des voitures au prix indécents sont garées devant la propriété ; des femmes très sophistiquées me toisent, je les entends chuchoter. Tout d’un coup, j’ai le tournis. La voix de la chanteuse lyrique qui chante au fond de la pièce me bouleverse.

         Malgré le masque, Bradley sent mon malaise : 

    “Qu’est-ce qu’il y a, ma puce” me demande-t-il en me serrant la main.

    “J’ai besoin de prendre l’air”, lui dis-je en repoussant son bras et son étreinte devant d’autres convives.

         Je pars presque en courant sur la terrasse en vieille pierre fleurie qui donne sur une vue dégagée.

         Bradley me rejoint. Il a l’air furieux.

    “Qu’est-ce que tu me fais ?” Sa voix est froide et cassante.

         Je lui lance sèchement : “J’ai besoin de prendre l’air je te l’ai dit.”

    “Ne refais jamais ça” me menace-t-il.

        Je bous de rage. Il n’a pas à me donner d’ordres. Et dans un souffle je balance tout ce que j’ai sur le cœur.

    “C’est une menace ? Car figure-toi, Monsieur Jecontrôletout, que je ne suis pas ta chose, je ne suis pas un objet de plus que tu peux te payer ou une fusion acquisition dont tu peux te vanter devant tes convives.“

         Les larmes me montent aux yeux. Son visage se crispe, son regard est dur. Mais je suis lancée telle une machine infernale et je n’arrive pas à m’arrêter.

    “As-tu la moindre idée d’à quel point ça me blesse de ne pas te connaître. De t’entendre jouer cette mélodie triste en plein milieu de la nuit. Tu es beau Bradley, tu es riche, mais c’est ce qu’il y a là qui m’intéresse...” Je m’approche de lui en posant doucement ma main tremblante sur sa poitrine.

         Je reprends mon souffle un instant. Il a l’air perdu.

    “Je ne fais pas partie de ce monde, Bradley. Tu ne pourras pas m’enfermer dans ta cage dorée. Je me fous de tes milliards ! Je veux plus... Je … Je t’aime.”

         Voilà, c’est lâché. Il fallait que ça sorte...

         Il se recule tout à coup, prend sa tête dans les mains comme si je lui avais annoncé la pire nouvelle de sa vie. Son beau visage se déforme.

    “Non, non, non” répète-t-il.

         Mon cœur se brise en milles morceaux. Réveille-toi, ma belle, qu’est-ce que tu t’imaginais ? Tu n’es qu’une conquête distrayante de plus à son impressionnant tableau de chasse !

         Je le regarde une dernière fois, le regard vide.

    “Je crois que les choses sont limpides maintenant. Je vais demander à Prinston de me ramener chez moi.”

    “Tu t’en vas ? Je ne t’ai jamais traitée comme tu le dis !” me souffle-t-il, les yeux emplis de tristesse, comme un petit enfant à qui on enlève son jouet préféré. Mon coeur se resserre encore.

    “Si. À l’instant. Un jour il faudra que tu ouvres la porte et que tu laisse entrer la lumière, Brad”.

         Dans un dernier accès de rage, j’arrache mon masque et le jette par terre.

    “Tiens, garde tes cailloux”. Et je tourne les talons.

         Une fois chez moi, je fonds en larmes. J’ai besoin de me recroqueviller sur moi-même et de pleurer. Qu’est-ce que j’ai fait ?...

    Objectifs : posséder l'un des objets suivants :

    +     posséder l'un des objets suivants :

    +     posséder l'un des objets suivants :

    Question :  Qu'est ce qu'une fusion acquisition ?

    => Une réaction chimique

    => Une expression employée par Bioman

    => Le rachat d'une entreprise par une autre

    Cadeaux :            

                          (cadeau bonus : )

     

     

     

     

        Des ténèbres à la lumière

         Je passe la semaine la plus horrible de toute ma vie. Je n’ai pas faim, je n’ai envie de rien, je me traîne. Je ne cesse de penser à mon prince déchu qui m’a tant brisé le cœur. Alors c’est ça un chagrin d’amour ! Purée, ce que ça fait mal ! Mes collègues s’inquiètent au bureau, je ne suis pas retournée à l’atelier et je n’ai pas envie d’appeler ma mère ni Aaron. Je sais que je vais craquer et ça ne changera pas la situation à part leur faire faire du souci. J’ai fait quelques peintures pour me défouler. Enfin j’ai plutôt jeté de la peinture sur la toile... Pas beau à voir.

         Mon téléphone sonne. Il ne s’agit pas de Bradley à qui j’ai décidé de ne plus répondre.

    “Mademoiselle zocha, c’est la galerie d’art, j’ai une bonne nouvelle pour vous. Une personne a acheté toutes vos oeuvres mais a tenu à rester anonyme. C’est la première fois que je vois ça ! La somme sera virée aujourd’hui sur votre compte. Bonne soirée.”

         Mince !

         Il me prend pour une idiote, ou quoi ? Je sais bien que c’est lui ! Furieuse je m’habille rapidement et fonce chez lui.

    “Bonjour Prinston” je lance à l’entrée de l’hôtel, il doit être presque 21h. Il n’a pas intérêt de me retenir et de toute façon, il ne tente rien en ce sens.

    “Mademoiselle zocha” et m’invite à entrer.

         Lorsque je sors de l’ascenseur, l’appartement est plongé dans la pénombre.
         J’entends à nouveau cette mélodie. A nouveau mon cœur se brise. Je ne pensais pas qu’il le pouvait encore...

         Je m’avance et Bradley est là, à jouer sur son fidèle piano, éclairé par les lumières de la ville. Sur le mur en face, un seul tableau. Celui qu’il admirait à mon vernissage.
    Mon cœur fait un bond. J’ai envie de le prendre dans mes bras et de soigner toutes ses blessures.

         Je m’avance doucement, et sans s’arrêter de jouer il me fait une petite place sur le siège et finit son morceau.

         Nous restons là je ne sais combien de minutes dans le silence, à fixer le clavier.
    J’ai l’impression de recommencer à respirer maintenant que je suis avec lui. Il faut bien le reconnaître, je suis accro... Je soupire.

    “zocha ne pars plus jamais...” me lâche-t-il dans un souffle désespéré.

         Je lui réponds en essuyant une larme : “Tu m’as blessée...”

    “zocha je n’ai jamais ressenti ce que je ressens pour personne. Il y a une part de sombre en moi, des choses qu’il ne faut pas que tu saches. Je veux les oublier. Tu es la lumière. Je t’ai ouvert ma porte, depuis le jour où tu es entrée dans mon bureau et que je t’ai soutenue quand tu as failli tomber”. Il esquisse un sourire affectueux.

    “Je contrôle tout comme tu le dis. Aucune femme ne m’a jamais défié comme toi. Il y a cette chose entre nous, je sais que tu le sens. Tu me rends fou, je n’arrive pas à contrôler mes émotions et ça... ça me fait peur. Tu comprends ?” me demande-t-il l’air résigné.

    Je fonds littéralement. Derrière cette homme si puissant aux yeux du monde se cache un petit garçon blessé, fragile et apeuré. Le prenant par surprise, je saute sur ses genoux, arrachant quelques notes discordantes au piano. Je prends sa tête entre mes mains et plante mes yeux dans les siens, devenus inquiets.

    “Vous êtes si compliqué monsieur Walker.” Et je l’embrasse passionnément.
    Il me rend mon baiser et d’une voix douce et tendre me confie : “Je t’aime. Ne pars plus jamais.”

         J’ai envie de crier au monde entier combien j’aime cet homme. Nous restons dans les bras l’un de l’autre. Je suis bouleversée par toutes mes émotions. 

         Il relève doucement ma tête et essuie mes larmes avec son pouce. 

        Je repose ma tête contre son torse, l’endroit le plus doux du monde...

    Objectifs : posséder l'un des objets suivants :

    +     posséder l'un des objets suivants :

    +     posséder l'un des objets suivants :

    +     posséder l'un des objets suivants :

    Question :  Comment complèteriez vous cette phrase de Jacques Brel : "Moi je t'offrirai des perles de pluie venues ..." 
    => de pays où il ne pleut pas.

    => du Sahara.

    => de Bretagne

    Cadeaux :

                          (cadeau bonus : )

     

        La demande en mariage

         Nous prenons doucement nos marques avec Bradley. Il m’a présentée à sa famille. Ses parents adoptifs sont adorables. Ils ont l’air vraiment heureux pour nous deux et j’ai l’impression qu’ils me remercient.

         Je l’ai aussi présenté à ma famille. Au restaurant, ma mère avait les yeux brillants qui voulaient dire “Hé bien ma fille, celui-là, ça valait le coup d’attendre que tu décides”. Je suis presque gênée de la manière dont elle le dévisage.

         Oui maman, il est beau, il est multi milliardaire et il est intelligent et attentionné. On va pas en faire tout un plat.

         Ce matin, Bradley est d’humeur joueuse. Il me presse de m’habiller.

    “Dépêche-toi, on va être en retard”, me dit-il excité comme un gamin.
    Qu’est-ce qu’il mijote encore ?...

         Docile je m’habille et le suis.

         La limousine s’arrête sur le port d’Ohmydollz City. Prinston nous suit avec des valises tandis que nous avançons à travers les bateaux.

         Puis nous nous arrêtons devant un grand Yacht. Wow.

    “Nous partons en mer, ma belle !” me lance Bradley avec son sourire satisfait.

         Mince alors, après le jet, le yacht. Je n’arrive pas à m’y faire.

    “Enfin, si mademoiselle le souhaite”, me lance t’il taquin en appuyant sur le “Ma”.

         Avec une fausse moue agacée, je lui réponds : “Bien sûr, idiot !”

         Il me prend par la main et m’aide à monter à bord.

         Un homme grand et au regard tranquille salue Bradley.

    “Brad ! Le temps est parfait aujourd’hui ! Prêt à partir !

        Brad, c’est le premier qui l’appelle comme ça.

         Bradley lui serre la main vigoureusement et lui fait une tape dans le dos. 

    “Parfait, Capitaine ! Je vous présente mademoiselle zocha”.

         Il a vraiment l’air dans son élément. J’aime le voir ainsi.

         Pendant notre virée, il m’a laissé le gouvernail une minute, j’ai eu la trouille mais c’est une sensation extra !

         Le soir, il m’a préparé une table magnifique pour dîner sous les étoiles à la proue du navire. Je pense au film Titanic et j’ai soudain envie de faire pareil. Vous savez la scène de la proue ? Il y a quelque temps, avant Bradley, j’aurai trouvé ça mièvre et stupide. Je souris.

    “Je vous amuse, mademoiselle zocha ?” me demande-t-il en penchant sa tête sur son épaule.

         Dieu qu’il est sexy...

         Je me lève et je l’emmène au bord de la proue, je me place comme Kate et il se place derrière moi, ayant compris mon jeu. Je reste dans ses bras, le regard vers l’horizon, l’air du large me fouettant le visage. Je me sens si remplie de bonheur. 

         Alors je me mets à crier comme une imbécile : “Je vole, Jack, je vole !” Mes rires se muent en pleurs. Je suis trop émue. Je l’aime tant.

         Je sens le souffle chaud de Bradley dans ma nuque, il me retourne et me lance :

    “Mademoiselle zocha, voulez-vous m’épouser ?”

         Mes jambes me lâchent et j’articule tant bien que mal :“Oui”.

    Objectifs :: posséder l'un des objets suivants :

    Cadeaux : La pièce mariage ou son extension pour celle qui ont déjà eu la pièce mariage lors d'une précédente quête/aventure                     

    rencontre avec...

                  x 4 x 3    x 4                x 6              x 4

     

     

    => Retour à la liste des aventures OMD

    => Présentation de OMD

    => Les événements à paliers

    => Les boutiques officielles

    => Les autres boutiques     => Les dragues

    => Les Niveaux-Objectifs               =>  Les trophées

    Croisière de rêve aux Caraïbes !

    Oh My Dollz ! Voir ma fiche : Zocha

    « Carpe Diem !Quête Aventure sous-marine ! »

  • Commentaires

    1
    Pocari1
    Dimanche 10 Mars 2013 à 02:35
    Mortel *3* 
    2
    misscoline59
    Mardi 12 Mars 2013 à 18:52
    Merci ! Grace a vous j'ai pu gagner les cadeaux bonus !
    3
    icarli
    Mercredi 18 Février 2015 à 14:39
    Bonjour, combien coûte la Quête ?
      • zocha1 Profil de zocha1
        Mercredi 18 Février 2015 à 18:13
        c'est écrit sous le titre de la quête en début d'article
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :