• Carnets d'Inde

         Pour mieux comprendre l'Inde, la collection " Carnets d'Inde " aborde la réalité indienne à partir de la culture au quotidien, montre comment y vivent les hommes et les femmes, quels sont leurs gestes, leurs habitudes, leurs rythmes de vie ; comment sont leurs maisons, de quels objets s'entourent-ils, quelle est la place du sacré ? Les 6 films proposent, de façon simple et accessible, un voyage pour la découverte et la compréhension de la culture indienne

     

    Ne vous fiez pas au titre indiqué dans le coin gauche en haut des vidéos, les vidéos ne correspondent pas forcément au titre, mais je les ai reclassé correctement

     

    Carnets d'Inde n°1 : Langues écrites, langues parlées

         1600 langues et dialectes sont parlés en Inde et 18 langues officielles sont reconnues par la Constitution indienne. Après l'indépendance en 1947, l'organisation du pays en différents Etats sur des critères non linguistiques a créé des conflits entre Etats du nord et Etats du sud. Aujourd'hui, de nouveaux Etats se créent sur une langue commune.

         Dans les écoles, les enfants apprennent la langue officielle de l'Inde, l'hindi, une deuxième langue indienne et l'anglais, soit trois modes d'écriture différents.
         Le sanskrit, langue des nobles venus d'Iran il y a 3000 ans, reste toujours importante. Longtemps langue des sciences, elle est aujourd'hui celle des rituels et de la religion.
          En plus des langues régionales, les Indiens ont subi l'influence des Anglais, Français et Portugais venus installer des comptoirs commerciaux au 18ème siècle. Un siècle plus tard, l'anglais est parlé partout, le portugais à Goa et le français à Pondichéry, Chandernagor et Mahé.
         Ce documentaire retrace l'extraordinaire épopée des langues en Inde en se rendant aux quatre coins du pays.

     

     

    Carnets d'Inde n°2 : Le Cinéma

         En Inde, l'industrie du cinéma est l'une des plus florissantes. Avec une production de 800 films chaque année, le pays est de loin le plus gros producteur du monde. Les studios peuvent compter sur l'engouement des Indiens pour les "Massala movies", moitié films à l'eau de rose, moitié comédies musicales, et pour les films mythologiques, dont les plus populaires totalisent plusieurs dizaines de millions d'entrées.

         La ferveur des Indiens est telle que les stars deviennent des dieux. Les foules se déplacent en masse lors des tournages en extérieur pour les apercevoir. En 1975, un réalisateur invente une divinité Santoshi Maa. La déesse touche tellement le public qu'on lui construit des temples. Les tubes des films sont même repris lors de processions religieuses.

         Ce documentaire retrace l'histoire du cinéma indien et montre l'importance qu'il a dans la société. Tournages, écoles de formation des acteurs, création des affiches, le réalisateur Jean-Louis Porte est allé filmer les lieux stratégiques de la production actuelle.

     


    Carnets d'Inde n°3 : Le Yoga

         Les Grecs les appelaient les "sages nus" et disaient qu'ils pouvaient accomplir des prodiges. Marco Polo les trouvait cruels et idolâtres, mais vantait leur longévité, leur non-violence, leur frugalité et leur absence de luxure. C'est en Inde que l'on rencontre les véritables yogis.
         En suivant le "Yoga Sutra", texte du IIe siècle avant J.-C. attribué à Patanjali, les yogis appliquent des techniques qui délivrent l'être humain des douleurs auxquelles le fait même d'exister le condamne. Il est intégré au bouddhisme et à l'hindouisme. L'enseignement de ces techniques est resté longtemps secret et continue d'être transmis par un maître, un gourou.
         Des formes innombrables de yoga sont enseignées en Inde : le yoga sur la corde aux femmes, celui sur le mât aux hommes, le yoga de combat. Il est loin d'être tombé en désuétude : sur son CV, un Indien indique, à côté de ses diplômes, son école de yoga et son gourou.
         Ce documentaire retrace l'histoire de cette discipline. Il se rend dans de nombreuses écoles à la rencontre de yogis.

     

     

    Carnets d'Inde n°4 : Les Maharadjahs

         Dès le 2e siècle, le mot "maharadjah" (grand roi) désigne les princes qui règnent sur des clans, des villes ou des régions de l’Inde. Leur pouvoir est héréditaire et ils appartiennent à la caste des guerriers.
         En 1947, à la veille de l'indépendance, l'Inde comprend deux sortes d'Etats : ceux gouvernés par les Anglais forment l'Inde britannique, les autres, dirigés par des princes, l'Inde princière.
         Les quantités de bijoux amassés par les maharadjahs en font les hommes les plus riches du monde. Au contact des Anglais, ils brisent un tabou de leur caste et voyagent à l’étranger où ils marquent les esprits par leurs caprices.
         Mais le temps du faste délirant se termine en 1950. Le gouvernement retire aux princes leurs responsabilités et leurs pensions. Si certains ont gardé richesses et aura, d'autres sont devenus des citoyens presque ordinaires.
         Ce documentaire retrace l'histoire de cette caste princière dont les palais et les objets somptueux continuent de faire rêver.

     


    Carnets d'Inde n°5 : La cuisine végétarienne

         En Inde, on est végétarien par conviction religieuse, par appartenance à une caste ou à une communauté.
         La théorie des renaissances qui veut que les êtres vivants reviennent sans cesse sous des formes différentes, animales ou humaines, impose le respect de la vie sous toutes ses formes.
         Au IIIe siècle, l'empereur Ashoka se convertit au bouddhisme, à la non-violence et au végétarisme, à l'image du dieu Rama. Selon le livre sacré de la Bhagavad-Gita, la nourriture végétarienne renforce la maîtrise de soi. La tradition enseigne que l'action des aliments sur le corps est liée aux six saveurs principales : salé, sucré, acide, amer, piquant et âcre.
         En expliquant ces croyances, ce documentaire montre que rarement nourriture et culture ont été autant liées qu'en Inde. Un repas obéit à de nombreuses règles et doit à la fois respecter le corps et l'esprit.

     


    Carnets d'Inde n°6 : Fêtes, temples et processions

         L'Inde est un grand calendrier de fêtes populaires et religieuses. Les fêtes et les processions ponctuent la vie indienne. De sa naissance à sa mort, l'hindou accomplit des rites qui le relient à l'ordre du monde. L'Inde compte 600.000 villages, qui sont tous en fête plusieurs fois par an, et 33 millions de divinités.
        Les dieux hindous sont innombrables mais ils ne sont que les manifestations d'un dieu unique. Ganesh, doté d'une tête d'éléphant, est celui qui calme les querelles. C'est la divinité que l'on rencontre partout, à la maison, dans les magasins et les bureaux. Shiva a domestiqué la déesse Gange. Depuis, le fleuve est devenu sacré et l'on vient de toute l'Inde à Bénarès pour s'y purifier.
          Un documentaire très clair pour pénétrer des traditions religieuses fascinantes.

    Vidéo non disponible chez les hébergeurs

    « Découverte de l'Inde - sommaireEntrez dans une école de stylisme sur OMD »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :